mardi 25 juin 2024
AccueilÀ la uneColmar - Découvrir la ville autrement

Colmar – Découvrir la ville autrement

Toutes les semaines, Maëlle Kaddah partage ses bonnes adresses dans la cité de Bartholdi, et démontre que le centre-ville reste dynamique.

La Pause colmarienne c’est un site internet et un compte Instagram. Maëlle Kaddah propose aux Colmariens et aux visiteurs des idées de sortie, et met en avant des commerçants, des artisans, des associations engagés. En un an, La Pause colmarienne compte pas moins de 17 000 followers et le site internet affiche 160 000 impressions (nombre de fois où un site apparaît sur une page de résultat Google) sur six mois. D’origine jurassienne, Maëlle Kaddah, 28 ans, est tombée amoureuse d’un Colmarien et de la ville depuis qu’elle est venue s’y s’installer il y a huit ans.

« J’adore le cadre de vie, c’est beau, il y a un côté carte postale. Mais il y a aussi un côté chaleureux, ça fait un peu village. Je trouve qu’on peut facilement connaître les commerçants », assure-t-elle. Elle a vu la ville évoluer ainsi que l’offre de restauration.
« Depuis 4-5 ans, il y a de nouveaux lieux cosy, contemporains, des propositions plus ciblées vers les jeunes. »

Casser les stéréotypes

Elle veut montrer que la ville n’est pas seulement axée sur le tourisme, mais qu’il y a plein de bonnes adresses à découvrir dans le centre-ville en se déplaçant à pied ou à vélo. Elle milite pour « consommer local ». « Nous sommes les acteurs du Colmar de demain en soutenant les commerces indépendants et locaux. » Maëlle Kaddah a aussi voulu casser les stéréotypes sur la ville entendus auprès de son public cible, les 25-40 ans. « C’est une image tronquée de dire qu’il n’y a rien à faire à Colmar, que c’est une ville de vieux », affirme-t-elle. Pour continuer à faire la promotion de la ville auprès de ses habitants, la jeune femme souhaiterait collaborer avec l’office du tourisme. Maëlle Kaddah qui a déjà tenu un média indépendant lorsqu’elle habitait en Franche-Comté, vend aussi des concepts de promotion auprès des commerçants sur son site ou sur les réseaux sociaux. « Je mène une réflexion sur comment amener les choses pour que l’audience se projette. J’aime raconter des histoires », précise-t-elle.

 

ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES