jeudi 25 avril 2024
AccueilCHRONIQUESLes lectures d'IsaLa disparition d’Hervé Snout de Olivier Bordaçarre

La disparition d’Hervé Snout de Olivier Bordaçarre

Le directeur de l’abattoir a disparu et personne ne semble retrouver sa trace. Un roman noir et addictif. Une fable saignante et engagée. Éditions Denoël.

Voici ici une lecture jubilatoire maniant avec brio le fond et la forme.

Nous sommes dans la cuisine des Snout le mardi 16 avril 2024 à 20h04, soit dix heures et trente-quatre minutes après la disparition du chef de famille. Odile Snout, l’épouse d’Hervé dont c’est l’anniversaire ce soir-là, l’attend pour le dîner, s’affairant en cuisine autour du bourguignon qui mijote. Autour de leurs deux adolescents, Tara et Eddy, l’ambiance devrait être à la fête. Ce n’est pas le cas. Ce retard n’est pas habituel, Odile s’inquiète. Où est passé Hervé ?

Dès ce premier chapitre, on pressent que la famille Snout ne va rien nous épargner en nous emmenant aux confins de mondes peu enviables. Chaque chapitre nous conduit vers un lieu et un moment précis, séparant la scène du moment de la disparition et nous faisant plonger dans les différents lieux de vie du héros.

De l’abattoir dont il était le patron jusqu’à sa famille, on découvre sous les traits du disparu un homme odieux, maltraitant ses employés et les bêtes avec la même inhumanité, un piètre mari et un père inattentif aux névroses saillantes de ses deux enfants. Lorsque l’on passe ses journées, obnubilé à tuer et à dépecer des animaux avec la plus grande des barbaries et que cette cruauté s’immisce peu à peu dans le quotidien de la vie comment peut-on espérer croire que l’on se presse à retrouver notre trace ?

Ce récit poignant interroge la noirceur qui s’immisce au sein des vies croisées ici, et la normalité affichée tend à se déformer diaboliquement lorsque l’on s’en rapproche. L’auteur par son attentive observation dresse un portrait de nos faiblesses ordinaires, celles dont on préfère détourner le regard plutôt que de les affronter. De la maltraitance des animaux, à la souffrance au travail, de la vie de couple qui prend l’eau jusqu’à la place de la femme dans la société, il nous embarque dans un livre sombre, caustique, méticuleusement construit et dérangeant aussi. Et cette disparition nous entraîne dans un tourbillon de questions et nous invite à réfléchir sur le sens de nos actions collectives et individuelles.

Isa sur Insta : l\’Odyssée des Mots

ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES