dimanche 23 juin 2024
AccueilLES ACTUSAutour de MunsterMunster - 2CV connexion

Munster – 2CV connexion

Passionné de mécanique depuis son plus jeune âge, Thierry Ehrhardt a grandi les mains dans le cambouis. Issu d’une famille de mécaniciens, il s’est d’abord spécialisé dans la vente de pièces de rechange, avant de fonder son entreprise Alsace 2CV et dérivés, dédiée à la réparation et à la personnalisation de véhicules anciens.

Comment s’est traduite votre passion à travers les années ?

Thierry Ehrhardt : Il y a presque 20 ans, j’ai rejoint le Club des Chevronnés de Marlenheim. Depuis une dizaine d’années, je suis même dans le comité. Nous organisons des sorties et des rassemblements. L’année dernière, notre « rasso » a attiré plus de 35 véhicules.
Je suis passionné, mais aussi collectionneur. Comme je le dis souvent, le cordonnier n’est pas le mieux chaussé. Mes voitures ne sont pas les plus jolies, les plus présentables. Je passe plus de temps sur celles de mes amis ou de mes clients. Je possède trois 2CV, deux Méharis, dont un 4×4, une Diane, une Golf 2 – qui était ma première voiture – et une Citroën LNA. Je suis attaché à la mécanique à l’ancienne.

La mécanique est une passion, mais vous avez décidé d’en faire votre métier. Pourquoi ?

La mécanique est une passion, j’en ai toujours fait. J’ai commencé par les mobylettes, puis je suis passé aux voitures. J’ai longtemps voulu que ça reste un loisir, ce qui explique que je me sois plutôt lancé dans la vente de pièces automobiles de rechange. Quand ma mère est décédée en 2018, j’ai quitté mon emploi pour venir en aide à mon père, pour la gestion d’un camping. Une fois l’entreprise vendue, j’ai décidé de me lancer dans mon projet de restauration de voitures anciennes. C’était le bon moment. J’ai fondé Alsace 2CV et dérivés l’année dernière. J’ai monté mon atelier dans une partie des anciens locaux de Varta, à Breitenbach. Je propose de la réparation, de la personnalisation et même de la remise aux conditions d’origine. Progressivement, j’aimerais aussi constituer un stock de pièces et les vendre.

Êtes-vous uniquement spécialisé sur les 2CV ?

Non, je m’adapte en fonction des demandes des clients. Je m’occupe des 2CV, mais pas que ! Je ne suis pas fermé aux autres modèles anciens. La preuve, une coccinelle est actuellement dans l’atelier. D’une manière générale, il y a un engouement pour la voiture ancienne, je le ressens.

L’info en plus

Passionné, collectionneur et fou de mécanique, Thierry est aussi pilote. Il participe à la 2CV Racing Cup, un championnat belge constitué de plusieurs courses chaque année.

Article précédentHors jeu
Article suivantMichel Cornu – Des fissures à la gravure
ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES