jeudi 29 février 2024
AccueilÀ la uneNeuf-Brisach - 17 kilomètres de remparts

Neuf-Brisach – 17 kilomètres de remparts

Une rue, un chemin, un labyrinthe, appelez-les comme vous le voulez. Les remparts de Neuf-Brisach sont aujourd’hui ancrés dans le paysage haut-rhinois, ils sont visibles depuis la route de Volgelsheim, depuis le ciel ou encore dans les livres d’Histoire, témoins de l’Histoire de l’Alsace, mais aussi un lieu de vie pour les habitants de Neuf-Brisach et les visiteurs.

Prenez vos chaussures de marche, je vous emmène faire le tour des dix-sept kilomètres de remparts de Neuf-Brisach. Des murs qui, dès leur construction de 1699 à 1703, ont été une prouesse technique. L’illustre Vauban avait encore réussi un coup de maître pour protéger la cité militaire du Rhin. L’histoire est bien connue, la forteresse n’a jamais été attaquée en l’espace de deux siècles – jusqu’à la guerre franco-allemande – tant sa réputation de ville imprenable la précédait. Bien sûr, Vauban lui-même – enfin Philippe de l’Office de Tourisme déguisé en Vauban – vous racontera bien mieux son histoire que moi à l’occasion d’une des visites guidées qu’il propose toutes les semaines. C’est d’ailleurs lui qui m’a aiguillée à travers ce labyrinthe de pierres et de verdures si propice à la balade.

La Porte de Colmar est la deuxième à être restée intacte depuis sa construction. Les portes de Strasbourg et de Bâle ont été détruites en 1902 pour permettre aux Allemands de faire entrer les chars dans la ville. / ©Laurent Bechler

Nous avons démarré notre expédition au centre de Neuf-Brisach où, déjà, il y a tant d’histoires à raconter. À son apogée, Neuf-Brisach comptait 4 casernes, près de 4 000 soldats, 1 600 habitants et 17 bistrots. C’est seulement plus tard que les hostilités ont commencé… La cité Vauban a été détruite à 75% pendant la guerre franco-allemande et à près de 85% pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais Philippe me l’assure, la forme d’étoile si caractéristique de la ville n’a pas été touchée une seule fois !

L’une des tours réaménagées. Elle accueille régulièrement des manifestations culturelles : expositions, concerts… / ©dr

Arrivés à la Porte de Belfort, la fameuse Porte du Roi, présent et passé se mêlent. La porte, tout comme celle de Colmar, est restée intacte depuis sa construction. Aujourd’hui, elle abrite le Musée Vauban. La casemate d’à côté accueille le MAUSA Vauban, le musée du Street Art, qui attire des visiteurs du monde entier.

Une fois l’édifice franchi, nous voilà dans le gigantesque labyrinthe de grès rose : remparts-fossé-demi-lune-fossé, ainsi était rythmé le système de défense de la ville. Je vous rassure, aujourd’hui vous ne risquez plus votre vie à arpenter les fossés de Neuf-Brisach, ils sont d’ailleurs accessibles dans leur intégralité au public et il est bien plus facile de s’y repérer qu’au XVIIIe siècle.

Les remparts compte quatre portes d’accès à la ville. Celle de Belfort est la seule à ne pas avoir d’accès routier, elle amène directement dans les fossés par un escalier. / ©dr

Les remparts de Neuf-Brisach, site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, sont l’attraction principale de l’Alsace Rhin Brisach, celle qui attire les visiteurs sur le territoire. L’année dernière 48 000 personnes se sont renseignées à l’Office de Tourisme pour les découvrir. Pour continuer de faire vivre le site, des animations artistiques, sportives et culturelles sont organisées, de quoi satisfaire tous les promeneurs aguerris ou non, en chaussures de marche, ou pas, comme moi.

Infos : www.visitalsacerhinbrisach.com

Les remparts de Neuf-Brisach sont complétés de tours bastillonnées pentagonales qui servaient à la défense des portes. / ©dr
ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES