samedi 15 juin 2024
AccueilÀ la uneColmar - Le paradoxe logements/nombre d’habitants

Colmar – Le paradoxe logements/nombre d’habitants

Maisons à colombages, bon taux d’ensoleillement, taille moyenne (67730 habitants) : Colmar est une ville où il fait bon vivre. De 2015 à 2021, le nombre de logements a augmenté, mais sur la même période, la courbe démographique est descendante. Explications avec Odile Uhlrich Mallet, 1ère adjointe au maire de Colmar et conseillère régionale Grand Est.

Pourquoi la ville perd des habitants depuis 2015 alors que le nombre de logements augmente ?

Il y a plusieurs explications. La première est que le solde naturel ne compense plus le solde migratoire. Depuis de nombreuses années, Colmar enregistre un solde migratoire négatif (différence entre le nombre de personnes qui s’installent et celles qui partent).
Mais il était compensé par un solde naturel positif (différence entre les naissances et les décès). Aujourd’hui, il y a toujours plus de naissances que de décès, mais moins que dans les années 1970. La deuxième explication tient à la diminution de la taille des ménages, ce qui oblige à produire plus de logements pour maintenir la population. En 1968 à Colmar, 33 logements étaient nécessaires pour loger 100 personnes. En 2020, il fallait 50 logements pour loger 100 personnes. C’est une tendance nationale, de même que le vieillissement de la population, l’augmentation du nombre de familles monoparentales, la diminution de la taille des familles et la décohabitation des jeunes (ils partent plus vite du foyer familial).

La ville étant très touristique, y a-t-il aussi un « effet Airbnb » ?

Oui, le nombre de résidences secondaires a augmenté, de 1344 entre 2010 et 2020. Plus de la moitié sont situées au centre-ville et sont utilisées comme meublés de tourisme. Du coup, nous avons enregistré une nette baisse du nombre de logements vacants.

Avez-vous pris des mesures pour contrer cette tendance sur les logements touristiques ?

Oui, dès janvier 2022, nous avons imposé de nouvelles règles. Nous avons mis en place un vrai contrôle sur ces meublés de tourisme. Nous avons limité à un logement de ce type par immeuble et par personne physique. Pour les entreprises, la règle les oblige à produire « un logement de droit commun » pour chaque transformation d’une résidence secondaire en meublé de tourisme.

Ces mesures ont-elles déjà produit des résultats ?

Nous veillons à ce que le centre-ville reste aux Colmariens. Nous avons travaillé sur le commerce, sur la piétonnisation et les pistes cyclables. L’objectif est de redynamiser le centre urbain. Cela commence à porter ses fruits.

En chiffres

Entre 2015 et 2020, le nombre de logements est passé de 35166 à 36053. De 2015 à 2021, le nombre d’habitants est passé de 70284 à 67730. (Source Insee)

ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES