dimanche 23 juin 2024
AccueilLES ACTUSAilleurs en AlsaceOllwiller - La famille Mack à la conquête du Sud Alsace

Ollwiller – La famille Mack à la conquête du Sud Alsace

Les propriétaires d’Europa-Park se diversifient avec un château, un vignoble et un restaurant qui a ouvert le 30 mai. Cela scelle ainsi l’amitié franco-allemande dans l’espace rhénan.

uelle  aubaine pour Wuenheim  et Hartmannswiller qui connaissent une véritable renaissance ! Ils étaient un peu le parent pauvre de la route des vins, mais le renouveau d’Ollwiller change la donne. L’investissement est de taille et redonne vie à ce magnifique château et son vignoble. À l’entrée du domaine, l’ancien hôtel Meyer était également à vendre. La Famille Mack n’a pas hésité à l’intégrer dans son projet. Le nom du restaurant « Amitié, la cuisine du château » témoigne des intentions franco-allemandes de la famille Mack, après un premier investissement à Plobsheim. Amitié, tout simplement, mais cela résume tout l’état d’esprit qui entoure le projet qui, en termes d’agencement et de décoration, est à l’image du savoir-faire de l’Europa-Park, transposé à Ollwiller.

Les cartes

Dans l’assiette, poissons et viandes passent sur le fameux grill et le végétal provient en grande partie du nouveau jardin de Marianne, maraîchage bio créé dans l’enceinte du château. Les restaurants gastronomiques de l’Europa-Park ne se gêneront pas pour venir grappiller de beaux légumes à Ollwiller, qui n’est finalement qu’à 70 km du parc. D’ailleurs, Holger-Strütt, l’ancien chef des restaurants qui arboraient 2 étoiles était dans le coup. Sur la carte, une page entière est consacrée au grill Charcoa en provenance de Galice. Il permet de composer son assiette autour d’un morceau choisi avec sa sauce et ses accompagnements.

Le restaurant proposera une trentaine de plats, des entrées aux desserts. En cuisine un homme au riche parcours professionnel, Philippe Peuple, est aux commandes. En salle, le management est confié à Lucas Sester, déjà très occupé avec une cinquantaine de couverts pour commencer, une grande terrasse et une annexe Winstub.

Dans le verre, on aurait pu se contenter des vins du Château Ollwiller, mais la carte est vaste, environ 200 références. Le Crémant d’Ollwiller, les grands Rieslings du Château et la nouvelle gamme Elza méritent d’être goûtés. Ici, l’Amitié n’est pas un titre ou une marque, c’est une fondation légitime pour ces entrepreneurs badois qui ont le pouvoir d’enjamber le Rhin et d’évoluer avec aisance dans l’espace rhénan, en toute amitié.

La tâche est ardue, mais les Mack veulent en faire un domaine exemplaire. Pour cela, ils ont su rapatrier d’Allemagne, Mathieu Kauffmann l’œnologue alsacien qui était le maître des chais des Champagnes Bollinger. Un excellent recrutement qui conforte le projet. Il raconte cette renaissance, la rénovation en plein confinement, ce qui a laissé le temps d’avancer raisonnablement vers la biodynamie pour les 27 hectares, dont 9 ha en Grand Cru.

Pour la vinification, l’accord avec la cave du Vieil Armand persiste, mais désormais les grands Rieslings sont chouchoutés sous haute surveillance au château dans des foudres en chêne de Bavière. Mathieu Kauffmann reprend en sélection massale une vieille vigne centenaire pour les prochaines plantations avec l’objectif de rehausser Ollwiller parmi les meilleurs d’Alsace. La valeur du terroir et la qualité des hommes témoignent que l’objectif n’est pas utopique.

Le Domaine viticole du Château Ollwiller. / ©Documents remis

Et le Château ?

Ollwiller était une belle au bois dormant qu’il fallait réveiller. Pour cela l’investissement était important, non seulement l’acquisition, mais toute la rénovation des bâtiments et la réorganisation des vignes et des chais. Il faut souligner que le Château d’Ollwiller n’a connu que trois familles propriétaires en 9 siècles ! Il fut vendu en 1260 aux Waldner de Freundstein, une grande famille seigneuriale d’Alsace. En 1825, les Waldner cèdent le domaine de 106 hectares à Jacques-Gabriel Gros, ingénieur manufacturier textile à Wesserling. Il y réalisa un modèle d’exploitation rurale, agricole et viticole. Le château fut démoli à la fin de la guerre. Dans les années 50, Jacques-Henry Gros fut le fondateur de la cave du Vieil Armand qui vinifiait alors l’ensemble des vins du domaine tenu par un régisseur. Depuis 4 ans déjà, les Mack ont pris la relève des Gros et des Waldner, c’est encore une belle saga familiale qui démarre.

Bernard Kuentz

ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES