jeudi 18 juillet 2024
AccueilLES ACTUSRégionHaut-Rhin - Cirk’Ô Markstein fête ses deux décennies de partage(s) étoilé(s)

Haut-Rhin – Cirk’Ô Markstein fête ses deux décennies de partage(s) étoilé(s)

« Union magique entre art et nature » : en une phrase, courte et enchanteresse, c’est l’esprit du festival Cirk’Ô Markstein, qui fêtera, du 19 juin au 3 juillet, ses vingt bougies.

Et si la nouvelle scène circassienne alsacienne ne se limitait pas à Graine de cirque, à feu l’association Les Migrateurs, à Strasbourg, ou au Festival Pisteurs d’étoiles à Obernai, mais pouvait s’épanouir loin de tout centre urbain, à 1200m d’altitude, au cœur du Markstein ? Ce pari un peu fou, Marc Doppler, un ancien de l’industrie, chez Manurhin, aujourd’hui gérant de l’Hôtel-restaurant Wolf, et président de l’Association pour l’équilibre et le développement du massif vosgien, en avait non seulement rêvé mais l’a surtout relevé, par amour du cirque et par désir d’enchanter les plus jeunes, en partenariat avec les écoles de la région. Vingt ans après, « Cirk’O Markstein attire désormais 6000 à 6500 participants chaque année. 90.000 depuis sa création », relève, non sans fierté, Christel Wolf, qui officie aux côtés de Marc Doppler comme fée administrative et logistique du festival.
Nourrir de magie et d’élégance le regard d’enfants qui, bien qu’habitant pour certains à moins de 25km du Col, n’ont jamais humer l’air du Markstein ni ouvert leurs yeux à sa poésie naturelle. Là, était d’une certaine manière le point de départ de cette belle aventure, confie à demi-mots Christel. Le tout dans un décor naturel planté à 360° et des « étoiles plein les yeux » en fin de journée, comme en témoignait récemment Charlotte, au retour de sa fille.

Vue à 360° sur la nouvelle scène circassienne. / © Jean-Marc Dosch & Cirk’Ô Markstein

La poésie jusqu’aux sommets des Alpes

Pour cette vingtième édition, quatre compagnies chaussent cette année leurs souliers de marche : Sans Nom, Solfasirc, Yvon le Malicien et La toute petite Compagnie. Les trois premières, avec leurs balades circassiennes, respectivement intitulées Duo senza Nome, faites de portés, de jonglerie, de tissu aérien et de musique en famille ; Entre-Pinces, un spectacle, vivant, plein d’amour et d’humour, Magic Markstein, où l’illusion caresse les cimes. Et puis, sous chapiteau, Paul et Michel, « Marchands de Sable », qui narrent leur métier un peu particulier depuis leur Boîte de nuits métaphorique.
Vingt ans après les débuts, nombre de ces structures ne cachent pas leur besoin de revenir. Pour se retrouver, peut-être, telle une petite famille constituée au gré du temps. Comme Solfarcic et son directeur artistique catalan, Biel Rossello, qui, déjà, nourrit une autre utopie, avec l’agrément de Marc : faire voyager, plus au Sud, entre la Savoie et l’Isère, l’esprit du Cirk’O, jusqu’aux sommets des Alpes.

La toute petite Compagnie fait sa « Boite de Nuits ». / ©Cirk’Ô Markstein

cirkomarkstein.com

Christophe Nonnenmacher

ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES