jeudi 30 mai 2024
AccueilLES ACTUSAutour de DessenheimBergholtz - Des fouilles archéologiques révèlent un château fort d’histoires

Bergholtz – Des fouilles archéologiques révèlent un château fort d’histoires

Au bout de la rue de l’Église, la découverte d’un château fort suit son cours depuis mars. Le projet de construction d’un nouveau lotissement, engagé par le groupe Sovia, a permis cette trouvaille en septembre dernier.

« On a plusieurs périodes qui sont représentées sur le site de Bergholtz, confie Stéphanie Guillotin, responsable des opérations de fouilles. On a une installation du néolithique, entre 5300 et 5000 avant Jésus-Christ, et une installation du Moyen Âge », précise-t-elle.

Pour la période médiévale, la plus représentée, les chercheurs d’Antea-Archéologie ont décelé le château et une partie de l’ancien village, datant du XIIe siècle avec une occupation qui perdure jusqu’au XVIe siècle, selon les éléments révélés.

Ce n’est pas une découverte inattendue : « On savait qu’il y avait deux châteaux, souligne Stéphanie Guillotin. On a des mentions au XVe siècle qui évoquent les deux sites ».

Si le premier château était visible grâce à sa motte castrale, il aura fallu l’intervention de Sovia, aménageur foncier, pour retrouver le deuxième.

Antea-Archéologie a percé à jour un château fort médiéval d’une cinquantaine de mètres carrés. / ©Dr

« C’est la première fois qu’on trouve un château »

À chaque accord de permis d’aménager, le service national de l’archéologie évalue le risque d’intérêt historique. En fonction de la zone ou de la surface, un diagnostic peut être réalisé par l’INRAP.

À Bergholtz, il s’est avéré positif, prescrivant officiellement des fouilles archéologiques. Cependant, cette démarche n’est pas systématique : « Nous n’avons pas de diagnostic à chaque fois, précise Alban Munsch, responsable du suivi d’aménagement foncier. C’est d’autant plus rare d’avoir un résultat positif et c’est la première fois qu’on trouve un château ».

Le Groupe Sovia a tout de même déjà été confronté à la découverte de sépultures, ou encore de maisons romaines à Horbourg-Wihr. Ici, Sovia finance 50 % de 560 000€ HT, représentant le coût des fouilles.

La moitié restante est subventionnée par l’État, au travers du Fond National pour l’Archéologie préventive.

La reprise du projet d’aménagement est fixée pour fin septembre

Après de départ d’Antea-Archéologie, le Groupe Sovia vise un début des constructions foncières en 2024 pour de premiers emménagements en 2025.

Quarante parcelles, entre 3 et 6 ares, seront destinées à accueillir des maisons individuelles et des maisons le Hamo, logements intermédiaires.

La commercialisation des terrains a d’ores et déjà débuté.  

Infos et contact : www.sovia-amenageur.fr et www.lehamo.fr.

Anne-Sophie Feltz

ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES