jeudi 18 juillet 2024
AccueilÀ la uneEguisheim - Sur les traces du Pape Léon IX

Eguisheim – Sur les traces du Pape Léon IX

Dans le vignoble alsacien, l’histoire d’Eguisheim est riche et passionnante. Il est agréable de flâner dans ses rues et d’admirer les maisons à colombage colorées et les cours dîmières. En plein cœur du village, la place du château a vu naître un personnage illustre, le Pape Léon IX, un Pape voyageur et réformateur.

La place du château constitue le centre névralgique d’Eguisheim. La cité a été construite en cercles concentriques tout autour. Le premier château date de l’époque mérovingienne, vers 720. Il était entouré d’un fossé d’eau.

La porte de la chapelle. / ©julie g.

C’est dans ce château que naît en 1002 Bruno, l’un des neuf enfants de Hugues IV, comte d’Eguisheim et de son épouse Heilwig, comtesse de Dabo. Après avoir suivi ses études à Toul, il devient chapelain de l’Empereur Conrad II, son cousin, puis évêque de Toul en 1026.
En 1039, Henri III, fils de Conrad II, monte sur le trône du Saint Empire germanique et offre la papauté à Bruno, après le décès des deux papes précédents. Bruno hésite, puis il accepte à condition que le peuple et le clergé de Rome ratifient son élection. Il est consacré pape en février 1049 sous le nom de Léon IX. Aussitôt il s’engage à réformer l’Église, il veut lutter contre la simonie (commerce des sacrements et des bénédictions) et le nicolaïsme (mariage des clercs). Pour appliquer les décrets de réforme, il voyage : en Allemagne, en Lorraine, en Alsace et en Italie du Sud. En mai 1053, il prend la tête d’une petite armée pour combattre les Normands qui occupent le sud de l’Italie. Il sera battu et fait prisonnier. Il meurt le 19 avril 1054 à Rome. Il est canonisé en 1087 par le pape Victor III.

La chapelle dédiée à Saint-Léon a été construite dans les années 1880. / ©Julie G.

De l’évêché à la municipalité

À l’extinction de la lignée des Comtes d’Eguisheim en 1225, l’évêché de Strasbourg hérite des biens. Au cours de ce siècle, Eguisheim est élevée au rang de ville, fortifiée et rattachée au Haut-Mundat de Rouffach. La ville reste rattachée au Haut-Mundat jusqu’à la Révolution et connaît son âge d’or entre le XVIème et XVIIIème siècle, malgré des soubresauts tels que la peste et la guerre de Trente Ans. Après cette guerre, seulement onze familles subsistent à Eguisheim. Pendant la Révolution le château est vendu comme bien national. Le fossé est asséché en 1835. Un incendie ravage le site en 1877 et détruit les maisons érigées dans l’enceinte castrale. En 1885, l’évêque de Strasbourg, Monseigneur Stumpf, natif d’Eguisheim, acquiert les ruines du château. Dans l’enceinte des murs, à la place de l’ancien donjon, il construit une chapelle dans un style néo-byzantin, qui portera le nom de Saint-Léon. La municipalité rachète l’ensemble pour un euro symbolique en 1972.

Le château médiéval. / ©Documents remis

L’une des plus grandes fontaines d’Alsace

Sur la place du château, se trouve également une fontaine remarquable. L’origine de la première fontaine remonte au XVIème siècle. En 1835, le maire initie la construction d’une grande fontaine. Dotée d’un puits octogonal d’une capacité de 60 700 litres, elle est l’une des plus grandes fontaines d’Alsace. Ce n’est qu’en 1852 que la statue de Saint-Léon est érigée, elle est l’œuvre du sculpteur Jacques Lavalette, originaire d’Eguisheim. Sur le socle de la statue, on peut voir les insignes du pape Saint-Léon IX : clés croisées, livre, crosse et croix papale. La fontaine a même inspiré les studios Walt Disney pour le dessin animé La Belle et la Bête.

La fontaine a servi à l’usage domestique jusqu’en 1893, date de l’installation du réseau d’eau courante desservant l’évier de chaque maison. / ©Documents remis

Le village d’Eguisheim est construit autour du château : trois rues circulaires qui en font le tour. C’est dans cette place centrale que se sont déroulés les principaux événements qui ont marqué la vie des habitants. Le 2 février 1945, c’est ici que les chars américains défilent. Les départs d’excursions, les processions, les fêtes du 14 juillet, l’accueil des personnalités, les remises de médaille… Et durant la fête des vignerons, ce sont 10 000 personnes qui s’amassent sur la place sous l’œil bienveillant de Léon IX.

ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES