jeudi 18 juillet 2024
AccueilÀ la unePauline Stey - En ordre de marche

Pauline Stey – En ordre de marche

Native de Saverne, Pauline Stey a grandi dans le village voisin de Waldolwisheim, où elle a développé un goût certain pour la marche athlétique. Précoce, elle s’est imposée très tôt lors de compétitions internationales. En ce début d’année, ses efforts constants ont fini par payer. Après avoir porté la flamme olympique sur ses terres, l’Alsacienne participera aux Jeux olympiques de Paris.

Ses premiers contacts avec l’athlétisme remontent au CM2, alors qu’elle n’avait que 11 ans : « J’ai toujours bien aimé l’endurance. Une fois que j’ai commencé la marche, je me suis vite prise au jeu et j’ai rapidement progressé », confiait-elle à Pokaa. Licenciée au sein du club Alsace Nord Athlétisme (ANA), sa progression a été linéaire jusqu’en 2019, année durant laquelle elle a intégré le CREPS de Strasbourg.

En mai de la même année, l’Alsacienne, qui vivait une de ses premières sélections en équipe de France junior, a terminé troisième – et première Française – du 10 kilomètres marche de la Coupe d’Europe à Alytus, en Lituanie. Grâce à ce résultat et à d’autres coups d’éclat au national et à l’international, Pauline est montée en puissance. En 2021, la Waldolwisheimoise a décroché la médaille d’argent sur le 20 kilomètres marche du Championnat d’Europe espoirs de Tallinn, en Estonie. Elle a ensuite enchaîné avec une deuxième place lors du Championnat de France 2021 à Angers, et même une autre en salle à Miramas.

Toujours la même année, mature et prête pour le grand bain, l’Alsacienne a obtenu sa première sélection en équipe de France A pour le Championnat d’Europe de Podebrady, en République tchèque. Pour couronner le tout, elle est parvenue à terminer à la 21e place du classement général du 20 kilomètres, tout en étant première Française ! En 2023, lors de la même épreuve et à nouveau en République tchèque, Pauline a grappillé la médaille de bronze avec un chrono de seulement 1’32’21”.

Gabriel Bordier et Pauline Stey décrochant le quota olympique pour le relais mixte de Paris 2024. / ©DUC/FFA

Faste 2024

Après une année 2023 d’exception, la marcheuse alsacienne, concentrée sur son objectif olympique, avait à cœur d’améliorer ses temps dès le début de l’année 2024. Sacrée championne de France du 20 kilomètres en mars, à Fontenay-le-Comte en Vendée, elle bat son record et améliore encore son chrono (1’30’10”). Début avril, lors d’un match international à Podebrady, – une ville qui lui réussit bien –, elle se classe 9e et abaisse une nouvelle fois son temps, en faisant 1’29’49”, ce qui lui permet de s’approcher encore plus des minimas olympiques (1’29’20”). Mi-mai, lors du meeting international de marche de La Corogne, en Espagne, Pauline atteint enfin son objectif. Malgré la 10e place, elle termine en 1’29’06”, ce qui lui permet de décrocher son ticket olympique pour Paris !

Malheureusement, lors de la course suivante qui se tenait à Rome, l’Alsacienne s’est blessée. Afin de se reposer et de se remettre le plus vite possible sur pieds, elle a choisi de faire l’impasse sur les championnats de France qui se tenaient fin juin à Angers.

Cette blessure, qui tombe au mauvais moment, risque fortement d’impacter sa préparation pour les Jeux olympiques de Paris, qui commenceront pour elle le 1er août avec l’épreuve du 20 kilomètres marche.

ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES